le couple objet pre-header

Le couple objet et pré-header dans un email : l’importance d’un duo qui match.

La saturation des messages.

Malgré les consignes des FAI, les bonnes pratiques ou encore la mise en place de la RGPD favorisant une meilleure gestion des optins, les envois d’email restent massifs et nous recevons toujours trop de messages dans nos boîtes emails

le couple objet pre-header

L’objet et le pré-header au service de l’attention.

Tout d’abord un petit rappel : l’objet d’un courriel est l’intitulé d’un message apparaissant dans la file d’attente des messages du logiciel de messagerie électronique.

Ainsi, en fonction des webmails, le nombre de caractères visibles pour l’objet varie, mais il convient de respecter une moyenne de 40 à 50 caractères. L’objet doit donc être idéalement court.

On peut aussi adapter le style d’écriture de l’objet en fonction de la cible et pourquoi pas utiliser des émojis dans l’objet (mais avec parcimonie et en sachant que toutes les boites d’emails n’interprètent pas de la même façon les émojis).

Le pré-header, quant à lui, est la ligne qui vient après l’objet d’un email. Il se situe en haut du message, dans son en-tête. C’est la première phrase du corps de l’email qui apparaît en aperçu dans la boite de réception du destinataire.

Le pre-header est comme un complément d’information, ou un teaser, c’est donc un élément clef de l’attention.

Initialement, on y trouvait le lien (version en ligne) qui nous permettait d’obtenir la version mobile mais aujourd’hui on dispose de peu de caractère afin d’être percutant et concis.

Tip : Il est impératif de mettre un objet diffèrent du pré-header et inversement, au risque d’annuler les résultats souhaités voire de rebuter la cible. 

N’oubliez pas que l’objet tout comme le pré-header peuvent être personnalisés !

En conclusion :

L’objet et le pré header ont le même but : captiver la cible, aiguiser sa curiosité et inciter à l’ouverture de l’email, et de ce fait d’augmenter les taux d’ouverture, de clics préalables à la conversion.

Dernier tip : Réaliser des A/B test d’objet régulièrement afin d’assurer la pertinence par échantillon/cible.

Paméla RENARD
Gestionnaire de campagne